Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances

Des données en action

​Cette année, le CCDUS a conçu son rapport annuel de sorte qu’il représente mieux les retombées de ses travaux. Des données en action, notre rapport annuel 2018–2019, est axé sur les principaux résultats et les grandes réussites du Centre au cours de la dernière année financière.

Voici quelques faits saillants :

  • Organisation des ateliers « Je mets fin à la stigmatisation » et mise sur pied d’autres initiatives dans le cadre de nos efforts continus pour mettre fin à la stigmatisation.
  • Travail au sein de l’Équipe d’intervention en matière d’opioïdes pour réduire les méfaits de ces substances chez les Canadiens
  • Sensibilisation de la population canadienne après la légalisation du cannabis.
  • Réalisation d’une étude novatrice sur le coût de l’usage de substances pour l’économie canadienne.

Le rapport annuel 2018–2019 fait ressortir les réussites du CCDUS ainsi que les défis à venir.

Secondary Body

 

 

 

 

 

Passer le mot : Je mets fin à la stigmatisation

La stigmatisation fait référence à toute attitude, à toute croyance ou à tout comportement discriminatoire. Lorsqu’il est question de troubles liés à l’usage de substances, la stigmatisation est un obstacle énorme pour les gens qui tentent d’avoir accès à un traitement ou qui reçoivent un traitement.

Nous avons tenu des ateliers à Ottawa et à Saskatoon qui ont rassemblé plus de 250 participants venus aider à éliminer la stigmatisation dans les communautés locales. Notre campagne sur les médias sociaux #JeMetsFinÀLaStigmatisation a touché plus de 80 000 personnes.

Pour tenir compte des conseils de personnes qui vivent ou ont déjà vécu avec un problème d’usage de substances, le CCDUS a noué un partenariat avec l’Association communautaire des pairs contre les addictions. Nous avons un objectif commun : continuer à combattre les propos, les croyances, les attitudes et les jugements négatifs qui entretiennent la stigmatisation.

 

 

Mesurer les coûts

Le CCDUS a collaboré avec l’Institut canadien de recherche sur l’usage de substances de l’Université de Victoria à la publication d’une étude révolutionnaire sur le coût de l’usage de substances pour l’économie canadienne. Le rapport de cette étude, intitulé Coûts et méfaits de l’usage de substances au Canada : 2007-2014, éclaircit la question des effets de l’usage de substances d’un bout à l’autre du pays. Pas moins de 192 médias ont parlé de la publication. On a découvert que l’usage de substances avait coûté 38,4 milliards de dollars au Canada en 2014. L’alcool (14,6 milliards de dollars) était la substance la plus coûteuse, et la perte de productivité (15,7 milliards de dollars) représentait le type de coûts le plus important.

Ces travaux pionniers permettront au CCDUS d’ajouter au fil des ans des données nouvelles et pertinentes au rapport ainsi qu’à notre nouvel outil de visualisation des données en ligne.

 

 

Des faits pour aborder le sujet du cannabis

La légalisation du cannabis l’automne dernier a amené le CCDUS à publier une série de publications, de présentations et de guides fondés sur les données probantes pour contribuer à l’éducation du public. La publication la plus populaire a été Parler pot avec les jeunes : un guide de communication sur le cannabis pour les alliés des jeunes. Ce guide propose une approche stratégique pour avoir des conversations constructives avec les jeunes sur l’usage de cannabis. À la fin de l’année financière, le guide avait été téléchargé près de 30 000 fois.

Avec la légalisation d’autres produits de cannabis (produits comestibles, extraits et cannabis pour usage topique) à l’automne 2019, le CCDUS continuera son travail de chef de file en matière d’éducation du public en publiant en temps opportun de l’information pertinente sur ces produits.

 

 

Réduire les méfaits des opioïdes

L’an passé, le CCDUS et Santé Canada ont dirigé l’Équipe d’intervention en matière d’opioïdes. L’Équipe a réduit les méfaits subis par la population en coordonnant les interventions visant à lutter contre la crise des opioïdes, en faisant preuve de leadership à l’égard de la politique canadienne sur les drogues et en réglementant les drogues et autres substances.

Voici d’autres activités ayant eu lieu durant la dernière année :

  • Série de conférences nationales sur les connaissances en matière d’opioïdes dans six villes canadiennes (Vancouver, Edmonton, Winnipeg, Toronto, Montréal et Halifax).
  • Soutien du symposium sur les opioïdes de Toronto, auquel ont participé plus de 200 décideurs, chercheurs, experts en santé, premiers intervenants et personnes ayant une expérience vécue.

Les données probantes peuvent prendre différentes formes. Il peut s’agir de données issues de recherches universitaires ou scientifiques. Mais les données peuvent aussi être des témoignages de personnes qui ont vécu ou qui vivent des expériences bien réelles. Elles nous montrent l’orientation à prendre. Elles nous aident à trouver des solutions à des enjeux vastes et complexes et nous mènent à des décisions pouvant sauver des vies.

 

 


 

Ressource proposée

 

 

 

 

 

Passer le mot : Je mets fin à la stigmatisation

La stigmatisation fait référence à toute attitude, à toute croyance ou à tout comportement discriminatoire. Lorsqu’il est question de troubles liés à l’usage de substances, la stigmatisation est un obstacle énorme pour les gens qui tentent d’avoir accès à un traitement ou qui reçoivent un traitement.

Nous avons tenu des ateliers à Ottawa et à Saskatoon qui ont rassemblé plus de 250 participants venus aider à éliminer la stigmatisation dans les communautés locales. Notre campagne sur les médias sociaux #JeMetsFinÀLaStigmatisation a touché plus de 80 000 personnes.

Pour tenir compte des conseils de personnes qui vivent ou ont déjà vécu avec un problème d’usage de substances, le CCDUS a noué un partenariat avec l’Association communautaire des pairs contre les addictions. Nous avons un objectif commun : continuer à combattre les propos, les croyances, les attitudes et les jugements négatifs qui entretiennent la stigmatisation.

 

 

Mesurer les coûts

Le CCDUS a collaboré avec l’Institut canadien de recherche sur l’usage de substances de l’Université de Victoria à la publication d’une étude révolutionnaire sur le coût de l’usage de substances pour l’économie canadienne. Le rapport de cette étude, intitulé Coûts et méfaits de l’usage de substances au Canada : 2007-2014, éclaircit la question des effets de l’usage de substances d’un bout à l’autre du pays. Pas moins de 192 médias ont parlé de la publication. On a découvert que l’usage de substances avait coûté 38,4 milliards de dollars au Canada en 2014. L’alcool (14,6 milliards de dollars) était la substance la plus coûteuse, et la perte de productivité (15,7 milliards de dollars) représentait le type de coûts le plus important.

Ces travaux pionniers permettront au CCDUS d’ajouter au fil des ans des données nouvelles et pertinentes au rapport ainsi qu’à notre nouvel outil de visualisation des données en ligne.

 

 

Des faits pour aborder le sujet du cannabis

La légalisation du cannabis l’automne dernier a amené le CCDUS à publier une série de publications, de présentations et de guides fondés sur les données probantes pour contribuer à l’éducation du public. La publication la plus populaire a été Parler pot avec les jeunes : un guide de communication sur le cannabis pour les alliés des jeunes. Ce guide propose une approche stratégique pour avoir des conversations constructives avec les jeunes sur l’usage de cannabis. À la fin de l’année financière, le guide avait été téléchargé près de 30 000 fois.

Avec la légalisation d’autres produits de cannabis (produits comestibles, extraits et cannabis pour usage topique) à l’automne 2019, le CCDUS continuera son travail de chef de file en matière d’éducation du public en publiant en temps opportun de l’information pertinente sur ces produits.

 

 

Réduire les méfaits des opioïdes

L’an passé, le CCDUS et Santé Canada ont dirigé l’Équipe d’intervention en matière d’opioïdes. L’Équipe a réduit les méfaits subis par la population en coordonnant les interventions visant à lutter contre la crise des opioïdes, en faisant preuve de leadership à l’égard de la politique canadienne sur les drogues et en réglementant les drogues et autres substances.

Voici d’autres activités ayant eu lieu durant la dernière année :

  • Série de conférences nationales sur les connaissances en matière d’opioïdes dans six villes canadiennes (Vancouver, Edmonton, Winnipeg, Toronto, Montréal et Halifax).
  • Soutien du symposium sur les opioïdes de Toronto, auquel ont participé plus de 200 décideurs, chercheurs, experts en santé, premiers intervenants et personnes ayant une expérience vécue.

Les données probantes peuvent prendre différentes formes. Il peut s’agir de données issues de recherches universitaires ou scientifiques. Mais les données peuvent aussi être des témoignages de personnes qui ont vécu ou qui vivent des expériences bien réelles. Elles nous montrent l’orientation à prendre. Elles nous aident à trouver des solutions à des enjeux vastes et complexes et nous mènent à des décisions pouvant sauver des vies.

 

 


 

Nous utilisons des témoins (« cookies ») sur notre site Web pour optimiser votre expérience de navigation.

En continuant votre visite sur notre site sans modifier vos paramètres, nous supposons que vous consentez à l’installation de tous les témoins provenant de ce site Web. Cependant, vous pouvez en tout temps modifier les paramètres de votre navigateur. Pour en savoir plus, consultez notre avis de confidentialité